‘Le bouclier obscur’ par John Lang (Livre, 2006)

Illustration de François-Xavier Delmotte, pour la première édition chez Rivière Blanche

Illustration de François-Xavier Delmotte, pour la première édition chez Rivière Blanche.

Pour ce premier billet j’ai envie de vous faire découvrir le premier roman, paru en 2006, de John Lang, alias Pen Of Chaos, plus connu pour sa Saga MP3 humoristique le Donjon de Naheulbeuk (ou même le Naheulband) ; mais pour plus d’infos sur le monde de la Saga MP3, je vous invite grandement à aller jeter un œil à l’article de Ben’ sur ce sujet (il vient d’ailleurs d’être mis à jour!).

Alors que je m’apprêtais à passer dans la phase optimale et terminale de mes révisions, ce bouquin m’a bien donné du fil à retordre … impossible de le lâcher et j’étais plus tenue par l’envie de suivre les protagonistes que par celle de me plonger dans mes cours. Résultat, j’ai dû le cacher dans mon propre appartement afin de me concentrer !

Proprement diabolique me direz-vous … hé bien, pas si loin de la vérité que ça ! Et, ne vous y trompez pas, cette fiction est loin de l’univers parodique, léger et facétieux du Donjon de Nahelubeuk mais, dépeint un monde à la fois ultra réaliste, adulte et violent, proposant une sorte de « divertissement glauque ».             Avec Le bouclier obscur, Lang nous introduit dans le quotidien sommes toutes banal d’Uther, prof d’informatique en lycée qui s’évade en lisant de la SF et de la Fantasy. Celui-ci se retrouve alors happé dans un univers bien plus noir et tortueux, et nous aussi par la même occasion, alors qu’Abalam, un démon de l’ancien temps, réussit à s’incarner dans un ordinateur (via un virus) et à s’auto-invoquer grâce à sa science des mathématiques et sa maîtrise du langage binaire. Mais Abalam est celui qui ouvre les portes … l’avenir de l’humanité est menacé, non pas par un mais par potentiellement de nombreux démons, qui n’ont que soif et désir d’asservir les êtres.

Pour ce premier livre John Lang s’inspire, et le reconnaît bien volontiers, de l’univers des romans d’horreur du prolifique écossais Graham Masterton, dont on peut mentionner la série des Jim Rook ou un ouvrage comme Le Trône de Satan. Le ressort des « nouvelles technologies » est ici judicieux et bien instrumentalisé afin de nous faire basculer d’un réel dans lequel on est bien ancré, et dans lequel le démon gagne en substance, vers un monde fantasmagorique et fantasmé. Ou comment Uther le passionné d’informatique et son acolyte tout désigné James doivent se confronter à l’art de la démonologie sans préparation aucune. Les péripéties s’enchaînent sans lasser et l’attention est ménagée par l’inclusion d’interludes qui narrent la genèse de ce fameux bouclier obscur sur quelques trente ans au XIIIème siècle. Même si l’ultime mésaventure semble moins percutante que le reste du roman, l’entrée à proprement parler dans le monde « onirique » des démons tombe à point nommé et je reconnais volontiers une certaine jouissance à avoir suivi ces chasseurs de démons des temps modernes. Sans tomber dans le cliché trop facile, la langue de PoC est proprement viscérale, tantôt violente, parfois sensuelle, toujours sexuée ; répondant là au fond à la vision rêvée que nous, pauvres mortels, entretenons des démons.

Bref il vous tient par les tripes et ne vous lâche plus !

Plongez sans hésiter !

Note globale: 4/5.

 

 

Polithe

 

 

Publicités

Donnez votre avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s