Album Of The Week #6: ‘PLEXUS – EP’ by Kelly Pavan (2015)

avatars-000115969418-g5xc3w-t500x500Allez, on revient en force avec un sixième AOTW et non des moindres…Aujourd’hui un superbe EP signé Kelly Pavan! Ce normand issu des années 80 évolue dans le monde de la musique depuis maintenant plusieurs années et commence à rouler sa bosse dans tous les genres avec un talent assez incontestable. Dans la vie, ce grand brun aux reflets argentés pilote des avions un peu partout; rien que ça. Basé à Rouen, nous avons eu la chance de le rencontrer le mois dernier au beau milieu de la capitale et il a pour nous levé le voile sur plusieurs projets d’avenir vraiment alléchants…Toutefois nous n’avons pas le droit d’en dire plus, time will tell.

Pour lors, il vient de lâcher deux EP pour le moins énigmatiques juste avant son départ pour l’Utah; et autant dire qu’on a plutôt apprécié. PLEXUS & Wide Area Augmentation sont là des productions pleines de mystère et de diversité: multi-genres et dénués de toute sorte de pochette ou d’illustration, il ne sont là que pour « vous balancer le son en pleine figure », pour reprendre les mots de Kelly. Aucune promotion, aucune annonce, aucune publicité de quelconque genre, juste un son; et quel son! Et si on écoutait un peu plus en détail le premier?

1. Crystal Clear (Feat. Romain Labaye)

Une entrée en la matière simple et efficace. On sent une veine Funk, plutôt nouvelle chez Kelly, avec cette basse bien slappée et toujours ce synthé vraiment perché dont il a le secret. Les pistes se multiplient, formant un tout aussi hétérogène que planant, on devine que la complexité des mélodies enchevêtrées doit avoir quelque chose à voir avec ce featuring inconnu… En tout cas, on peut dire que le ton est donné; c’est clair comme du crystal.

2. Utah Dream

Le voilà le rêve d’Utah, la première perle de ce double EP. Telle une promesse, il vient nous cueillir à la manière d’un direct. On prend les même et on recommence. Mais cette fois, on ne plane plus, on vole. Les sensations se multiplient, comme entourées d’un paysage musical riche et étrange. La vague finale nous prépare à la suite qui promet d’être toute aussi folle.

3. PolyLove

Une basse aigüe et chaleureuse nous accueille, plantant le décor d’une nouvelle track pleine de mélodies alternatives. Les drums sont très discrètes, juste ce qu’il faut pour la pulsation. Mais ces solos de synthés…un aller-retour pour la strato-sphère. Et le retour se fait en douceur, sur un court fondu. Quand on aime la musique, on ne compte pas, that’s polylove.

4. Space Funk ARP

Dites bonjour à la bombe intersidérale de ce premier EP. Space Funk ARP se définie par elle même: de l’espace, du gros délire et un maximum de groove. Que dire de cette basse mémorable? de ce synthé spatial? de ces montées d’octave? On est sans voix, on passe un bon moment, c’est tout.

5. Clear Water

Un morceau plus expérimentale à la basse profonde. Les vagues de synthétiseurs semblent venir d’ailleurs et malgré qu’il s’agisse d’une eau clair, on a l’impression de se situer au fond des océans. Une micro interlude à 1:18 fait retomber la pression pour quelques notes de synthé à l’écho stéréo dément. Puis ça repart de plus belle, avec toutes ces expérimentations sonores et idylliques. On ressort de cette superbe plongée, sans s’être noyé.

6. Nuit d’Été

C’est sur les rivages d’une nuit d’été que viens nous bercer cette nouvelle mélopée. Entre ces notes incessantes et ce magnifique doigté, on est comme égaré, apeuré. Puis on retrouve le chemin, la gaîté. S’enchaîne un rythme incessant, enivrant qui finit par nous déposer là où l’eau nous avait laissé. Un filtre apaisant conclue ce son envoûtant, pour nous apprêter à une nouvelle épopée. Voilà une nuit d’été dont on risque de se rappeler.

10403463_1436941386564963_7870339134486797582_n

7. Ice Cream

Après la veine Funk & New Wave, on redécouvre ici, pour cette pénultième virée, les joies d’un Hip-Hop propre et travaillé. Ces quelques notes de piano qui font toute la différence, cette guitare fraîche et épurée…Un son chill, détendu qui rappelle le Nu Jazz dans toute sa splendeur. Quel rapport entre cette fameuse phrase « I need you » et le titre atypique de crème glacée? Nul ne le sait. Tout ce qu’on peut affirmer c’est que c’est ce genre d’impacts musicaux qui accompagneront nos prochaines journées ensoleillées, le sourire aux lèvres et la glace à la main.

8. No World

Ce dernier morceau vient conclure tout en douceur et tout en finesse le travail remarquable de Pavan. On apprécie cette guitare répétitive et les notes bien rondes et coulantes qui l’accompagnent. Aucun monde, aucun genre. Entre les dimensions et les univers. C’est cela l’identité de ce producteur incroyable qui a encore, nous en sommes sûrs, beaucoup à nous offrir. On s’en réjouit d’avance.

On vous laisse avec notre track préférée du deuxième EP, également en écoute libre sur le Soundcloud de l’artiste! Note globale: 4,5/5.

⚡ Liens qui font du bien ⚡

Soundcloud | Facebook

Retrouvez nos autres Albums Of The Week.

Ben’

Publicités

Donnez votre avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s