Album Of The Week #4: ‘You Said Strange – EP’ by You Said Strange (2015)

You-Said-Strange-EP-600x600Alors que le règne de l’électro semble s’installer durablement, quelques irréductibles gaulois tentent encore de faire valoir leurs droits; et leur musique. Une musique acoustique, une musique instrumentale, une musique psychédélique, une musique abyssale. You Said Strange fait partie de ces groupes qui croient encore dur comme fer au pouvoir de la guitare et de l’indie sans concession, tout juste une pédale à effet et quelques notes de synthé, le reste est fait main, au son des cordes et du doigté. Car dans une patrie comme la Normandie, au cœur d’un village tel que Giverny, point de vocoder ou de clavier MIDI, seuls restent le bois, l’acier, l’envie.

You Said Strange – EP, compilation de quatre morceaux au titre éponyme, se trouve être un concentré de bonnes choses, à la fois enlevées et maitrisées. curious world. a voulu rendre hommage à ce genre de formations, qui malgré les tendances de notre temps, accorde une seconde vie au rock psyché et ramène au devant de la scène une formation guitares/basse/batterie efficace et rythmée que nos contemporains ont un peu tendance à oublier. Découverte pas à pas de cet EP, que ces fiers lurons ont envoyé avant leur départ en tournée

⚡⚡⚡⚡⚡⚡⚡⚡⚡

 1. Saint-Enoch

Sur une vague de synthé progressive, une batterie franche et puissante accompagnée d’un tambourin ouvrent le bal. Comme un héritage de leur voyage en Écosse, ce premier titre semble retracer le passage du quintet à la ville de Glasgow où se trouve la fameuse Gare Saint-Enoch. Mais au-delà de l’aspect symbolique, cette première virée, entre disto et guitare claire nous fait découvrir (ou re-découvir) la voix lointaine et typiquement éraillée d’Eliot Carrière, contant ses souvenirs de l’étranger dans la langue anglaise. Une basse discrète aux temps marqués vient compléter une construction mélodique d’ores et déjà riche à souhait. On peut également distinguer la voix de l’aîné Martin Carrière, au timbre à la fois plus haut et plus léger. On se laisse emporter par le flot, les oreilles s’éveillent, les attentes s’étayent. Et nous voilà en Écosse, une gratte dans les mains et des lunettes rondes aux yeux.

2. Get Out

Tandis qu’une basse davantage travaillée se place avec énergie, un subtile jeu de stéréo s’installe, annonçant un morceau plus rock & explosif que le précédent. Martin succède à son jeune frère au micro pour offrir une clameur aiguë et chantante, toujours soutenue par des chœurs savamment posés. Une sublime montée (2:44) mais surtout, une superbe descente, parviennent à vous tirer quelques music chills à la manière du titre Green de Cinémetric (une des nombreuses influences du groupe). Tire toi, voilà le crédo. Et pourtant quand on entend ça, on a tout sauf envie de se tirer.

3. Halo

Cette entrée de batterie promet de rester dans les mémoires, tant elle s’impose à l’écoute. Comme pour à nouveau accompagner Eliot avec brio, le style se retourne à nouveau vers l’Indie Music, avec des accents psychédéliques criards. Les guitares fusent et se répondent, formant une cohésion remarquable. Les voix restent lointaines et aériennes, comme pour nous emporter ailleurs, vers un halo de lumière. Le décompte de milieu de track relance le rythme et complexifie le jeu de cordes; on déguste et on se prépare à la suite. Une guitare clôt seule le morceau, comme un jeune chanteur acoustique fait perdurer ses accords, ne voulant jamais que la musique s’arrête.

4. Rivers

Nous parlions d’acoustique, voici la veine de cette quatrième et dernière piste. Le jeune frère Carrière, dont on perçoit davantage le chant, nous présente une nouvelle fois cette voix rocque et désinvolte que certains Julian Casablancas ou autres Bob Dylan nous faisaient entendre à leur manière. Elle est cette fois-ci au service d’une chanson plus douce mais aussi plus complète où chaque instrument trouve sa place pour un tourbillon final spectaculaire; tout se prolonge, nous enivre de musique et chants. Une sorte de fondu laisse mourir un solo, accompagnés de chœurs, élevant le nôtre, jusqu’en haut, tout en haut.

10887299_821981174528915_7293319660866412619_o

⚡ Liens qui font du bien ⚡

Acheter L’EP | Facebook | Bandcamp | Deezer

Retrouvez nos autres Album Of The Week.

Bizarre, vous avez dit bizarre? Thank you, dudes! Note glabale: 4,5/5.

Ben’

Publicités

Donnez votre avis!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s